• Obtenir une version PDF des pages de la rubrique

Le travail en hauteur

 

Définition

Toute situation de travail où il existe un risque de chute d’une personne, avec différence de niveau, peut être considérée comme situation de travail en hauteur. La législation ne mentionne plus de hauteur minimale pour qualifier le travail en hauteur. Les situations de travail en hauteur sont fréquentes lors du travail sur scène. Parmi les principales, nous trouvons :

  • Installation de projecteurs ou décors.
  • Réglage des lumières.
  • Changement de lampes.
  • Maintenance du bâtiment.
Attention, de nombreux facteurs aggravent le risque de chute : empressement, fatigue, pénombre, travaux simultanés et superposés, encombrement de la zone de travail, niveau sonore ambiant, ...


Obligations

C’est au chef d’établissement, responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, de rechercher l’existence d’un risque de chute de hauteur en procédant à l’évaluation du risque. Lorsque le travail en hauteur est incontournable et que le risque est établi, l’employeur devra notamment prendre les mesures suivantes :

  • Mettre en place des équipements et des postes de travail adaptés à l’homme et à ses activités.
  • Privilégier la protection collective par rapport à la protection individuelle.
  • Informer les salariés sur les risques de chute et les former à l’utilisation du matériel.
Dès lors que le risque existe dans une situation de travail en hauteur, une deuxième personne sera présente pour porter assistance et secours si nécessaire.


Les moyens d'accès au travail en hauteur

Les moyens d'accès au poste de travail en hauteur sont choisis en outre selon la fréquence d'accès, la durée d'utilisation, la hauteur de travail.
On privilégie en priorité le moyen d'accès adapté aux travaux à effectuer, représentant le moins de risques.

Les nacelles élévatrices

Plate-forme Elévatrice Mobile de Personnel (PEMP). Les nacelles élévatrices possèdent une plateforme plane (plan de travail), munie de garde-corps (protection collective). Elles sont donc préconisées pour les travaux en hauteur dans les lieux de spectacle. L'employeur doit délivrer une autorisation de conduite aux utilisateurs de nacelles. L'obtention du Certificat d'Aptitude de Conduite en Sécurité (CACES) des PEMP par le salarié est nécessaire pour la délivrance de cette autorisation de conduite.

Les échafaudages

Les échafaudages possèdent une plateforme plane (plan de travail), munies de garde-corps (protection collective), tout comme les nacelles. (Ex. : échafaudage roulant, tour aluminium, tour escalier...). Ils sont donc aussi préconisés pour les travaux en hauteur. Le montage et le démontage des échafaudages doit être effectué par des personnes ayant suivi une formation spécifique et adéquate.

Les échelles, escabeaux et marche-pieds

Il est interdit d'utiliser les échelles, escabeaux et marchepieds comme poste de travail. Toutefois, ces équipements peuvent êtres utilisés en cas d'impossibilité technique de recourir à un équipement assurant la protection collective des travailleurs ou lorsque l'évaluation du risque a établi que ce risque est faible et qu'il s'agit de travaux de courte durée ne présentant pas un caractère répétitif (CT R4323-63). Avec ce type d’équipement, le port de charges, légères et peu encombrantes, doit rester exceptionnel (CT R4323-88). Monter des projecteurs à l'échelle pour un équipement de gril est donc à proscrire.

Cependant les Plateformes Individuelles Roulantes (PIR), moyens d'accès et postes de travail sécurisés, sont conçus comme des escabeaux munis d'un plancher de travail (h ≤ 2,5 m) et de garde-corps.

Les techniques d'accès et de positionnement au moyen de cordes

De même que pour les échelles, les techniques d’accès et de positionnement au moyen de cordes ne doivent pas être utilisées en tant que postes de travail, sauf en cas d’impossibilité technique de recourir à un équipement de protection collective ou lorsque l’évaluation du risque établit que l’installation d’équipement de protection collective créerait un risque plus grand (article R. 233-13-23 du Code du travail). Les travailleurs doivent recevoir une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées et aux procédures de sauvetage, renouvelée si nécessaire.
 
 
 
 
 
 
 Partenaires
Dernière mise à jour le 20/07/2011